Qui sommes-nous ?

Partager !

Nous sommes une équipe un peu « barrée » puisque notre ambition est de réveiller le «dreamer» (rêveur) qui sommeille en chacun de nous pour contribuer à améliorer un peu le monde dans lequel nous vivons. Face à l’individualisme ambiant et au repli sur soi, Dreamer vous invite à participer à des tombolas solidaires en ligne afin de soutenir des associations caritatives.

 

Qui sommes-nous ?

share the dream* !
*Partage(ons) le rêve


Gagnez une expérience de rêve et soutenez une belle cause

Dreamer, comment ça marche ?

  • 1

    choisir

    Choisissez l’expérience unique que vous rêvez de vivre avec la personnalité que vous trouvez inspirante.

  • 2

    Don dreamer

    Achetez un ou plusieurs tickets de tombola pour tenter de gagner l’ expérience unique mises en jeu.
    Vous êtes un bienfaiteur, bravo et merci !

  • 3

    Donner aux autres et s’amuser soi-même ! Sur Dreamer, non seulement, vous pouvez contribuer à une juste cause, mais en plus  vous aurez peut être la chance à l’issue du tirage au sort, de gagner une expérience de rêve avec la personnalité engagée.

  • 4

    L’association concernée reçoit l'argent collecté sur Dreamer.

    L’association reçoit 100% de l’argent collecté grâce à la tombola.

  • 5

    Retour en image

    Retour en image. Vous serez informé des actions concrètes que l’association a pu réaliser grâce à votre générosité.

#lifeisbeautiful  #nothingisimpossible  #becrazy  #keepdreaming

Vous avez envie de mettre en place une tombola solidaire sur Dreamer, envoyez-nous un message, nous serons ravis de vous recontacter pour collaborer ensemble.

Le pari du rêve partagé

Dans cette époque de fake news, de bad news et de désillusions, nous faisons le pari du rêve partagé, le seul qui soit capable de rendre un jour notre monde meilleur.

 

Bienvenue à tous : share the dream !

Merci à toutes celles et ceux qui nous ont permis de donner vie à Dreamer : Bénédicte P., Timothée S., Guillaume B., Claude S., Gaëtan DSM., Claudine P., André T., Samir B., Camille R., Julia B., Bruno B., Nicolas M., Jean-Paul T., Isabelle D., Corentin R., Pauline P., Jean-Jacques A., Jean-Christophe V., Laurent S., David T., Marion P., Antoine D., Sylvie P., Sarah L., Grégory D., …
ainsi qu’à tous les dreamers du monde qui nous ont inspiré et qui continuent chaque jour de nous inspirer.

#weloveyou

Passionnée depuis l’enfance par le tennis et le sport en général, Emilie rêve, à l’âge de 15 ans, de devenir journaliste sportive. Freinée dans son projet par sa phobie de l’avion, elle s’oriente alors vers des études de commerce et de marketing.
Forte d’un bac+5 en entrepreneuriat et management des organisations, elle occupe le poste de directrice conseil dans un groupe de communication pour lequel elle accompagne les clients dans leur stratégie digitale pendant 10 ans.
Plutôt que de la mettre en colère, sa mise sur le banc de touche suite à la naissance de son premier enfant suscite en elle une réflexion sur la société en général : à force de reniements et de compromis, « on tue le rêve ». Or, ce sont les rêves, les rêves de justice, de partage et de progrès qui font avancer le monde, qui permettent de voir plus loin, et sont à l’origine de moments uniques et d’émotions inoubliables. « Share the dream », voilà une belle raison de continuer.
Partie dans sa Corse familiale pour se ressourcer, elle réfléchit alors à la meilleure manière de mettre en adéquation ses convictions avec ses compétences. Elle sait que la vie est courte et qu’elle n’a de sens que celui qu’on lui donne. Ce qu’il lui faut, c’est du concret, une proposition qui permette d’apporter un coup de pouce à toutes celles et tous ceux qui œuvrent pour améliorer un peu le monde : les associations s’imposent comme l’interlocuteur privilégié de sa quête, ce sont elles qu’il faut aider.
Sa connaissance du digital la conduit à modéliser un concept de plateforme qui utilise le web et les réseaux sociaux.
Petit à petit, le concept s’affine avec l’idée de faire gagner une « expérience de rêve », reste à lui trouver un nom. A la veille d’une présentation pour le devenir du projet, il s’impose – ironie du sort – sur l’étiquette de la chemisette de son tout petit : « Dreamer » était (nouveau) né !